Les écoles que nous pratiquons

Muso Shinden Ryu


Muso Shinden Ryu
 est une école japonaise de sabre dont les techniques ont été codifiées par Nakayama Hakudo dans les années 1930. Comme toute école de sabre, elle se caractérise par un style propre et un corpus de katas. Cette école est l’héritière de koryū (écoles traditionnelles anciennes) dont elle fait vivre la tradition.

Muso Shinden Ryu est, avec l’école Muso Jikiden Eishin Ryu, l’une des deux écoles de iaïdo les plus pratiquées au Japon. Ces deux écoles sont d’ailleurs relativement proches, à la fois par leur origine et des kata communs.

L’école Muso Shinden Ryu  comporte 3 séries de kata :

  • Shoden (sho : commencement, den : initiation). Shoden comporte 12 katas. Tous les katas, à l’exception d’un seul, commence en position seiza (assise), ce qui stabilise le pratiquant et met l’accent sur la forme plutôt que sur la vitesse… au moins dans un premier temps.
  • Chuden (enseignement de niveau moyen). Série de 10 katas pour la recherche de l’élégance. Ces katas proviennent du style Hasegawa Eishin-ryū. Dans cette série, l’adversaire se trouve très proche, il faut donc dégager l’espace nécessaire à la coupe.
  • Okuden (enseignement avancé ou secret), cette série est probablement la plus ancienne et comporte deux groupes de katas: suwari-waza (technique assise) et tachi-waza (technique debout). Okuden vise l’efficacité et le combat.

Enfin, outre ces trois séries de katas, il convient de noter qu’il existe également des techniques impliquant plusieurs pratiquants, appelées Kumitachi, qui correspondent à la partie kenjutsu de l’enseignement. Ces techniques ne sont que très rarement pratiquées.

Plus d’infos ici :

http://daikyokan-dojo.fr/iaido/historique-du-muso-shinden-ryu-iaido/
http://fei-iai.ch/enseignement/technique/glossaire/

 


Aïki Toho Iaï


Shoji Nishio
était un grand expert du monde des arts martiaux, il excellait non seulement en aïkido, mais aussi en iaïdo, discipline dans laquelle il avait été autorisé par la fédération japonaise de Iaïdo à créer son style : l’Aïki Toho Iaï. Il était 8ème Dan en Aïkido, 8ème Dan en Iaïdo, 7ème Dan en Karaté et 5ème Dan en Judo. Il enseignait au Hombu Dojo Aïkikai de Tokyo du vivant du fondateur. Il nous a quittés en 2005  .

Sa qualité d’expert en iaïdo a très fortement influencé toute sa pratique. Pour lui il était impossible de comprendre l’aïkido sans la pratique intensive des armes : ken et jo et surtout la forme la plus noble, la pratique avec un vrai sabre : le Iaïdo Toho.

La dénomination « Aïki Toho » veut dire « mise en œuvre du principe Aïki avec le sabre ».

Il a développé 25 à 30 katas de sabre différents qu’il enseignait régulièrement durant ses stages d’aïkido. Chaque kata est relié à un mouvement d’aïkido et le reproduit avec parfois une similarité étonnante.

Les formes détaillées de ses katas évoluaient cependant sans cesse. C’est vers le printemps 2001 lors du dernier stage qu’il a dirigé en Europe (au Danemark) qu’il a laissé une forme stable à son Aïki Toho Iaï.

Cette version définitive se résume en 15 katas. Chaque kata correspond à des situations précises de combat contre un ou plusieurs adversaires. Les scénarios assurent une correspondance quasi parfaite avec des mouvements classiques d’aïkido.

Vous pouvez retrouver les vidéos des 15 katas sur la page du club de Jean-Michel Bovio.

Source : https://aikido-paul-muller.com/nishio-sensei-124

 


Iawaseru

Philippe Cocconi a créé une série de 7 à 8 katas d’iaïdo, qui l’a appelé : « Iawaseru ».

C’est une expression japonaise qui utilise le kanji de « iaï » et dont la traduction donne l’idée d’une « rencontre fortuite ».

La première idée était de donner un coté attrayant à la pratique du Iaï et permettre de convaincre les indécis (aïkidokas et autres) avec des katas simples, vivants et attractifs.

Une fois que le pratiquant adhère, il s’amuse un peu mais il apprendra rapidement que les principes du Iaï classique sont cachés dans chaque forme… La forme fait travailler le principe sans que l’on ait à le chercher en « tordant » les katas. Et au cas où le pratiquant s’épanouit dans cette pratique, il s’intéressera de lui-même, et assez rapidement, aux autres écoles.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :